PORTES OUVERTES

Samedi 4 février 2017 (9h-17h)
samedi 4 mars 2017 (9-12h)

BIEN VIVRE ENSEMBLE

Le Lycée Nature est un établissement de formation “tout au long de la vie ” qui permet à chacun, selon son âge et son statut, de trouver une réponse à son projet de formation générale, scientifique ou professionnelle.

BIEN VIVRE ENSEMBLE

Le Lycée Nature est un établissement de formation “tout au long de la vie ” qui permet à chacun, selon son âge et son statut, de trouver une réponse à son projet de formation générale, scientifique ou professionnelle.

Le lycée

Le Lycée qui propose aux élèves et étudiants des formations initiales scolaires

Le CFA

Le Centre de Formation d’Apprentis (CFA) qui offre des formations professionnelles par la voie de l’apprentissage

Le CFPPA

Le Centre de Formation Professionnelle et de Promotion Agricoles (CFPPA) destiné au public d’adultes en formation continue

Le lycée NATURE

Créé en 1968, le Lycée Nature est un établissement public rattaché au ministère en charge de l’agriculture. L’établissement propose des formations du CAP à la licence professionnelle en voie scolaire (lycée), en apprentissage (CFA) et en formation pour adultes (CFPPA). Vous trouverez également au Lycée nature une exploitation agricole de 128 ha, labellisée par le Conseil régional des Pays de la Loire « Plateforme régionale d’innovation en agriculture biologique et agriculture périurbaine durable »

Actualités

Découvrir autrement le contexte agricole : les auxiliaires de cultures.

Dans le cadre de projets financés par la Ministère de l’Agriculture (CASDAR Muscari et Floregul) et en lien avec le plan « Enseigner à produire autrement », deux étudiantes des Universités d’Angers, (France) et de Bréda (Pays Bas) en stage au Lycée Nature ont réalisé une intervention sur les auxiliaires de culture avec la classe de GPN 1 (Gestion et Protection de la Nature) pour leur expliquer leur sujet de recherche et leur faire découvrir autrement le monde agricole.

 

Une première question a été posée aux étudiants de première année de BTS GPN :

Les auxiliaires de culture, mais qu’est-ce que c’est ?

Pour apporter des éléments de réponse, une intervention en trois temps leur a été proposée en mai 2016. L'objectif de cette intervention était d’illustrer des notions qui étaient abordées dans leur formation et de souligner l’intérêt des compétences naturalistes en agriculture. La présentation des différentes expérimentations réalisées dans le cadre des programmes de recherche CASDAR FLOREGUL et MUSCARI portant sur les services écosystémiques menées sur l’exploitation agricole de l’EPLEFPA du Lycée Nature en a permis une approche concrète.

Dans un premier temps, une présentation en classe a permis de contextualiser les études puis de définir ce qu’étaient les auxiliaires de culture ainsi que leurs rôles et leur lien au milieu. Sous la forme d’un « brain-storming », cet échange a permis de mutualiser les connaissances de chacun sur le sujet et d’aller vers la construction d’un schéma replaçant les auxiliaires au cœur d’un milieu agricole influencé par de nombreux facteurs. Ceci permettait une transition vers la deuxième étape de l’intervention qui a eu lieu le lendemain.

Les étudiants ont donc pu profiter d’une sortie sur le terrain pour tenter de se rendre compte de manière active des liens entre organismes vivants et milieux; spécifiquement ici entre auxiliaires/ravageurs et les parcelles agricoles. Les étudiants devaient observer la parcelle et son environnement proche ainsi que la présence de ravageurs et d’auxiliaires. Cela permettait une première interprétation ciblée. Puis, pour les conduire à s’interroger sur la notion d’échelle, les étudiants étendaient leur regard au paysage dans son ensemble, adoptaient une vision plus globale. Ces jeunes naturalistes ont donc caractérisé l’intérêt du milieu en termes de services écosystémiques et pris en compte la diversité des facteurs impliqués à différentes échelles (production agricole, milieu naturel, urbanisation…).

Suite à la découverte des liens complexes existants à l’échelle des agroécosystèmes, les étudiants ont pu observer la complexité et la richesse de la biodiversité à l’échelle microscopique. En effet, le troisième et dernier temps de cette intervention consistait à de l’identification d’arachnides provenant de relevés d’expérimentation. Ceci a permis de mettre en avant la diversité des individus et la nécessité de les identifier, toujours pour faire le lien avec le système d’étude dans son ensemble. Les étudiants de BTS ont ainsi testé une méthode simplifiée d’identification : la RBA, « Rapid Biodiversity Assessment ». Ils devaient classer leurs individus en morphotypes, regroupement d’individu morphologiquement similaire, suivant les critères qu’eux-mêmes considérés remarquables et intéressants. Cela dans le but d’identifier plusieurs individus jusqu’à la famille par comparaison avec un « individu type » préalablement reconnu.

En bilan de cette expérience, les étudiants étaient satisfaits mais auraient voulu aller plus loin pour l’analyse des paysages agricoles, la reconnaissance des espèces, la compréhension des relations complexes entre organismes-milieu-gestion/pratique. Nous sommes tous d’accord sur le fait qu’il aurait fallu plus de temps pour pouvoir approfondir les démarches et la réflexion. Cette initiative devrait être reconduite sur les années à venir et cette valorisation du travail expérimental mené sur l’exploitation continuera auprès des différents publics en formation à l’EPLEFPA du Lycée Nature.

 

Emeline DEMARET, Manon BONNET, Rémy CHIFFLET

Juin 2016

En savoir plus...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêts En savoir plus...