PORTES OUVERTES

Samedi 4 février 2017 (9h-17h)
samedi 4 mars 2017 (9-12h)

 

Taxe d'apprentissage

BIEN VIVRE ENSEMBLE

Le Lycée Nature est un établissement de formation “tout au long de la vie ” qui permet à chacun, selon son âge et son statut, de trouver une réponse à son projet de formation générale, scientifique ou professionnelle.

 

Taxe d'apprentissage

BIEN VIVRE ENSEMBLE

Le Lycée Nature est un établissement de formation “tout au long de la vie ” qui permet à chacun, selon son âge et son statut, de trouver une réponse à son projet de formation générale, scientifique ou professionnelle.

  

Taxe d'apprentissage

BIEN VIVRE ENSEMBLE

Le Lycée Nature est un établissement de formation “tout au long de la vie ” qui permet à chacun, selon son âge et son statut, de trouver une réponse à son projet de formation générale, scientifique ou professionnelle.

  

Taxe d'apprentissage

Le lycée

Le Lycée qui propose aux élèves et étudiants des formations initiales scolaires

Le CFA

Le Centre de Formation d’Apprentis (CFA) qui offre des formations professionnelles par la voie de l’apprentissage

Le CFPPA

Le Centre de Formation Professionnelle et de Promotion Agricoles (CFPPA) destiné au public d’adultes en formation continue

 
 
 
 
 
 

Le lycée NATURE

Créé en 1968, le Lycée Nature est un établissement public rattaché au ministère en charge de l’agriculture. L’établissement propose des formations du CAP à la licence professionnelle en voie scolaire (lycée), en apprentissage (CFA) et en formation pour adultes (CFPPA). Vous trouverez également au Lycée nature une exploitation agricole de 128 ha, labellisée par le Conseil régional des Pays de la Loire « Plateforme régionale d’innovation en agriculture biologique et agriculture périurbaine durable »

Actualités

Des études en Région des Pays de la Loire pour comprendre et favoriser les pollinisateurs dans les agroécosystèmes.

R. Chifflet, M. Hervé, D. Blottiére, C. Chifflet, O. Lambert.


Le Lycée Nature, le CVFSE/Oniris de Nantes, la CAVAC et le Centre Beautour étudient la richesse spécifique en abeilles sauvages dans l’espace agricole et péri-urbain vendéen à travers deux programmes : POLLIAGRO autour de La Roche-sur-Yon et APAP dans le canton de Sainte-Hermine.

 

Contexte

Le maintien des populations d’abeilles sauvages est primordial car elles ont un rôle essentiel dans la pollinisation des plantes sauvages et des plantes entrant dans notre alimentation et celles des animaux de production (plantes fourragères).

 


Programme

Ces deux études s’articulent autour de trois étapes :

améliorer la connaissance sur la richesse spécifique des abeilles sauvages dans ces milieux en les capturant, les identifiant et les dénombrant. Parmi les 396 individus capturés lors des deux programmes, 14 genres d’abeilles regroupant plus de 50 espèces ont été recensés. Trois genres représentent 80 % des captures (Andrena, Bombus, et Lasioglossum). Ils sont connus pour être les principaux genres d’abeilles sauvages participant à la pollinisation en paysage agricole.

 


Figure 1&2: Nombre d’individus capturés par genre sur l’ensemble des milieux échantillonnés entre avril et septembre 2015 pour les programmes APAP et POLLIAGRO, a/ pour les principaux genres, b/ pour les genres minoritaires

 

– répertorier les ressources alimentaires dans l’espace agricole péri-urbain disponibles pour les abeilles sauvages en identifiant et dénombrant les plantes butinées par les abeilles tout au long de l’année. Plus de 60 espèces végétales appartenant à 19 familles ont été butinées par les abeilles sauvages. Le maintien des communautés végétales sauvages est essentiel en paysage agricole.

« 95 % des fleurs butinées par les abeilles collectées lors des études sont sauvages (crépis, trèfles, renoncules, cirses,…). » Olivier Lambert, Directeur du CVFSE de Nantes.

 


identifier les structures paysagères les plus favorables au maintien des communautés d’abeilles sauvages en comparant les résultats de richesse spécifique et d’abondance de ressources alimentaires mesurées dans les différents habitats (haies, prairies, parcelles agricoles et bandes enherbées). Les éléments linéaires (haies, bords de chemin et bandes enherbées,…) sont essentiels au maintien des communautés d’abeilles sauvages en paysage agricole car ils fournissent à la fois les ressources alimentaires et les sites de nidification.

 


Figure 3: Nombre d’abeilles capturées en fonction du type de milieu étudié entre avril et septembre 2015 pour les programmes APAP et POLLIAGRO.

 

Ces études ont enfin vocation à transmettre les connaissances acquises vers les lycées agricoles (Plan « Enseigner à Produire Autrement » du Ministère de l’Agriculture), le grand public et auprès des exploitants agricoles, en insistant plus particulièrement sur les bonnes pratiques à mettre en place en faveur des pollinisateurs sauvages.

 

En savoir plus...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêts En savoir plus...